S’enregistrer  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  Connexion 
Jouer comporte des risques

 
Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.   poker chalonnais Index du Forum » NOUS, Chalonnais et Marnais, qui sommes nous?, notre association. » L'association "Poker Chalonnais" _ généralités et actualités
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
silvers01
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2013
Messages: 464

MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 11:27 (2016)    Sujet du message: Jouer comporte des risques Répondre en citant
QU’EST-CE QUE LE JEU PROBLÉMATIQUE ?


Les joueurs qui ne sont pas en difficulté avec leur pratique de jeu sont les joueurs « récréatifs ». Ils s’amusent, prennent du plaisir et sortent du jeu sans réelle difficulté, qu’ils aient perdu ou gagné.
Certaines personnes ont un rapport au jeu plus complexe et peuvent se retrouver en difficulté à cause de leur pratique. Ce sont les joueurs dits « problématiques ».
Parmi les joueurs problématiques, on peut distinguer les  joueurs « à risque » et les joueurs pathologiques (ou excessifs).
Les premiers ont une pratique pouvant entraîner des conséquences négatives qui restent cependant modérées. Les autres ont une pratique entrainant une réelle dépendance au jeu, associée à des conséquences graves, notamment financières et relationnelles.


LA TRAJECTOIRE CLASSIQUE VERS LE JEU PATHOLOGIQUE


Il est généralement admis que le joueur pathologique passe par des phases stéréotypées qui se succèdent sur une période de 10 à 15 ans.


LA PHASE DE GAIN
Le joueur découvre le jeu seul ou lors d’une sortie entre amis, le souvenir d’avoir gagné dès les premières fois revient de façon constante. Le souvenir de ce gain est le début d’une logique fondée sur l’espoir de gagner de nouveau. Le plaisir de jouer et l’espérance de gagner augmentent au fur et à mesure des nouvelles expériences de jeu.


LA PHASE DE PERTE
La réalité rattrape vite le joueur : il perd. Alors, il joue plus souvent et augmente ses mises dans l’espoir de se « refaire ». Plus le joueur se met en difficulté financière, plus il espère regagner l’argent perdu. Le jeu devient central sans ses préoccupations au détriment de sa vie personnelle et professionnelle.


LA PHASE DE DÉSESPOIR
Le jeu devient une obsession. Pris dans ses difficultés et isolé, le joueur tente désespérément de se refaire et cherche la solution à son problème à l’intérieur du problème. Pour Custer, il n’y aurait alors que quatre types d’issues à cette situation : le suicide, la délinquance et l’incarcération, la fuite, ou l’appel à l’aide.




DESCRIPTION DU JEU PROBLÉMATIQUE


Au regard de la littérature scientifique, on peut noter quatre caractéristiques du jeu pathologique :


LA PLACE DU JEU
On parle de jeu problématique quand l’activité de jeu prend une place de plus en plus importante dans la vie du joueur, au détriment de ses autres centres d’intérêts ou obligations. Le jeu est au centre de ses préoccupations.


LA FRÉQUENCE
Certains joueurs peuvent s’adonner au jeu de manière intensive mais sur une courte durée. Les phases de jeu  s’enchaînent à un rythme effréné et les sommes investies sont particulièrement importantes. Malgré une durée de jeu relativement courte, les difficultés engendrées peuvent avoir un fort impact sur les finances du joueur et entraîner de lourdes dettes.


LA DÉMESURE ET LA PERTE DE CONTRÔLE
Un autre aspect du jeu problématique est la perte de liberté du joueur. Le joueur en difficulté maîtrise difficilement sa pratique, il ne peut quitter le jeu au moment où il l’avait décidé. Dès lors, il perd le contrôle sur son activité.


LA RECHERCHE D’EXCITATION
Certains joueurs recherchent dans le jeu une manière de prendre des risques. L’excitation ressentie pendant ces phases de jeu leur procure du plaisir, un état d’esprit et des sensations qu’ils cherchent à tout prix à reproduire en jouant, au risque de perdre le contrôle et de se mettre dans des situations difficiles, voire ingérables.


LES CONSÉQUENCES DU JEU PROBLÉMATIQUE POUR LE JOUEUR


Potentiellement, le jeu problématique affecte tous les domaines de la vie du joueur. Il déstabilise son équilibre financier mais aussi sa santé physique et psychologique, ses relations familiales et amicales et parfois son activité professionnelle.


DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES
Quand le jeu occupe une grande part de la vie du joueur, celui-ci  engage d’importantes sommes d’argent, souvent en décalage avec ses revenus. Ces dépenses vont déséquilibrer ses finances et l’entraîner dans un cercle vicieux : le joueur s’endette à cause du jeu mais joue pour récupérer les sommes perdues. L’endettement s’aggrave et le joueur peut solliciter des prêts d’argent auprès de son entourage ou d’organismes de crédit. Dans des situations critiques, il peut en arriver à commettre des délits (escroquerie, abus de confiance, vol, etc.) pour trouver de l’argent.


UN ÉQUILIBRE PSYCHOLOGIQUE MENACÉ
La préoccupation permanente pour le jeu engendre une tension chez le joueur. Les moments où il ne peut jouer entraînent un sentiment de frustration à l’origine de réactions agressives voire violentes et des accès d’excitation précédent les moments de jeu. Ces changements d’humeur répétés perturbent son équilibre psychique.
Le joueur peut avoir conscience des dépenses engagées et des projets compromis par sa pratique. Ce constat le culpabilise et pour « se refaire », il rejoue inlassablement.
Avec le temps, le mal-être s’accentue et l’estime qu’il a de lui-même est entamée. Des signes de dépression sont parfois repérables.
Ce malaise psychologique peut s’accompagner de troubles de sommeil ou d’une perte d’appétit. Afin de diminuer les tensions qui l’affectent, le joueur peut être amené à prendre des produits psychotropes (alcool, médicaments ou autres drogues) ou à en augmenter la prise. Loin d’alléger la situation, ces consommations amènent de nouvelles difficultés.


DES DIFFICULTÉS SOCIALES ET PROFESSIONNELLES
La pratique du jeu isole le joueur et diminue le temps et l’attention qu’il accorde à son conjoint, ses enfants et sa famille. Ses comportements imprévisibles, changeants, voire violents dégradent le climat familial ou amical. Les dissimulations autour des sommes perdues ou du temps passé peuvent compromettre la confiance des proches.
Les difficultés peuvent également s’étendre à la sphère professionnelle. Le temps important consacré au jeu, les éventuels troubles du sommeil associés, la dépression sous-jacente peuvent être à l’origine d’une perte d’intérêt pour l’activité professionnelle et d’un possible accroissement de l’absentéisme. Une baisse de la concentration et de la qualité de travail, sont amplifiées par la possibilité de jouer en ligne depuis son lieu de travail et pendant les heures travaillées.
PARFOIS, UN GRAND DÉSARROI
L’ensemble de ces difficultés dans toutes les sphères de la vie du joueur, la dépression sous-jacente peut le plonger dans une grande souffrance à l’origine d’idées suicidaires. Devant l’ampleur des problèmes, il se sent impuissant, acculé, et ne voit pas comment il va pouvoir y faire face.

L'AIDE SPÉCIALISÉE


Les joueurs en difficulté peuvent trouver de l’aide auprès de professionnels. La plupart des lieux qui les accueillent ne traitent pas uniquement des problèmes de jeu mais interviennent dans tout le champ de l’addiction. Ainsi, des personnes en difficulté avec l’alcool ou les drogues peuvent être reçues dans ces mêmes lieux. La majorité des aides proposées se déroulent en ambulatoire, c’est à dire sans hospitalisation.


LES CSAPA AMBULATOIRES
Les Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie, ou CSAPA,  permettent de faire le point avec un professionnel sur les difficultés rencontrées et proposent un accompagnement vers l’arrêt ou la gestion de la pratique du jeu.
Grâce à la pluridisciplinarité des équipes qui y travaillent, le joueur peut bénéficier d’une prise en charge de façon globale, à la fois psychologique, sociale, éducative et médicale. Les centres proposent différents types d’approche : individuelles (éducatives, sociales, psychothérapeutiques etc.), collectives (groupes de parole par exemple) et  familiales.
Après l’arrêt du jeu, ou le retour à un jeu modéré, la personne  peut continuer à être accueillie par les professionnels dans le cadre d’entretiens ou d’ateliers spécifiques visant à consolider son arrêt ou sa pratique modérée.
De plus, les CSAPA proposent un accueil de l’entourage du joueur. Les proches peuvent être reçus de façon ponctuelle ou entamer un suivi régulier. Ce suivi peut prendre la forme d’entretiens individuels avec un professionnel ou de rencontres collectives lors de groupes de parole par exemple.
Les CSAPA accueillent de façon anonyme et gratuite et sont présents dans tous les départements de France.
Pour trouver un CSAPA, entrez une adresse, une ville ou un département :
adresse, ville ou département

LES UNITÉS HOSPITALIÈRES D’ADDICTOLOGIE
Il existe également une prise en charge ambulatoire dans des structures hospitalières. Comme dans les CSAPA, des équipes pluridisciplinaires y proposent un suivi psychologique, socio-éducatif et médical. Ce suivi dure le temps de l’arrêt ou de la stabilisation de la pratique du jeu et peut se poursuivre au-delà  afin d’accompagner la personne dans sa nouvelle existence sans le jeu.
Dans de rares situations, quand le joueur est en grande difficulté, quand il est confronté à d’autres addictions ou à des troubles psychiatriques, une  hospitalisation peut lui être proposée. Le séjour permet de concrétiser l’arrêt du jeu et d’accompagner, au plus près, les personnes les plus vulnérables durant cette phase délicate et les jours ou semaines qui suivent.
Pour trouver un service hospitaliers prenant en charge les joueurs, entrez une adresse, une ville ou un département :
adresse, ville ou département

LES STRUCTURES D’HÉBERGEMENT
Peu de joueurs sont à l’heure actuelle accueillis dans les structures d’hébergement au titre de leur addiction au jeu. C’est en tant qu’addiction associée (à l’alcool par exemple) que le jeu est pris en charge dans ce type de structures.
Ce type d’aide repose sur le principe du changement de cadre et parfois sur l’éloignement. Deux types d’hébergement peuvent être proposés : individuel ou collectif.
Les hébergements individuels sont proposés par les CSAPA dit ambulatoires (appartement thérapeutique, chambre d’hôtel, famille d’accueil).
Les hébergements collectifs proposés par les CSAPA avec hébergement (ou centres thérapeutiques résidentiels) s’accompagnent d’activités et de projets thérapeutiques.
Les places d’hébergement sont peu nombreuses et que toutes les demandes ne peuvent être satisfaites. De plus, quand elles le sont, les délais d’attente peuvent être longs.


Dernière édition par silvers01 le Jeu 7 Juil - 11:43 (2016); édité 1 fois
Jeu 7 Juil - 11:27 (2016)
Auteur Message
Publicité




MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 11:27 (2016)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Jeu 7 Juil - 11:27 (2016)
Auteur Message
silvers01
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2013
Messages: 464

MessagePosté le: Jeu 7 Juil - 11:43 (2016)    Sujet du message: Jouer comporte des risques Répondre en citant
Joueur Infos Service


 http://www.joueurs-info-service.fr/


09 74 75 13 13


Jeu 7 Juil - 11:43 (2016)
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:19 (2017)    Sujet du message: Jouer comporte des risques
Aujourd’hui à 12:19 (2017)
Poster un nouveau sujet  Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.   poker chalonnais Index du Forum » L'association "Poker Chalonnais" _ généralités et actualités

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield